Hydrolats ou le plaisir des sens

Dernière mise à jour : 13 avr.

Connaissez-vous les hydrolats ? Voici quelques idées d'utilisation de ces eaux subtiles dans votre quotidien... et pour toute la famille !


hydrolats

Moins bien connus aujourd'hui que les huiles essentielles, l'utilisation des hydrolats remontent pourtant à plusieurs millénaires ! Les Égyptiens, Hippocrate et Pline l'Ancien ont laissé des traces écrites de cette "eau aux vertus magiques".



Qu'est ce qu'un hydrolat ?


Lorsqu'on distille une plante avec un alambic, il en ressort 2 produits différents : l'huile essentielle et l'hydrolat aromatique.

L'huile essentielle est la phase huileuse. L'hydrolat se situe donc en dessous de l'huile essentielle. Il ne contient donc plus à proprement parler d'huile essentielle, le gras ne se mélangeant pas, par nature, à l'eau. Ils sont par contre imprégnés des mêmes molécules aromatiques que l'huile essentielle correspondante, mais extrêmement diluées. Même si les 2 produits sont tirés d'une même plante, leur composition biochimique est différente. Les propriétés ne sont donc pas toujours similaires.


Il est important de préciser que la qualité d'un hydrolat dépend de plusieurs critères à ne pas négliger si l'on souhaite un effet positif :

  • la qualité de l'eau : étant un produit à base d'eau, seule une eau de source pure peut produire un hydrolat de qualité.

  • la concentration en principes actifs : la senteur puissante qu'il se dégage d'un hydrolat de qualité est une référence quant à ce critère. Cette concentration est garante de l'efficacité mais aussi de la bonne conservation (entre 1 à 2 ans, parfois plus).

  • la qualité des plantes utilisée : des plantes d'origine biologique ou sauvages sont recommandées pour obtenir un hydrolat 100% purs et naturels.

  • la conservation : les flacons teintés permettent une meilleure conservation, tout comme la quantité en principes actifs, et la conservation dans un endroit frais (15°C max).



Hydrolat ou huile essentielle ?

hydrolats distillation

Etant moins concentrés que les huiles essentielles, les hydrolats montrent donc :

  • moins de contre-indications (surtout par voie orale !). Leur utilisation est donc très facile pour les enfants, femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes âgées ou fragiles

  • une parfaite tolérance par les muqueuses (bouche, vagin, oeil...) et par la peau (psoriasis, eczéma, lavage des plaies...)

  • une durée de cure beaucoup plus longue pour accompagner les infections ou troubles chroniques, soutenir le système immunitaire, drainer les émonctoires ...

Néanmoins, étant un produit à base d'eau et non d'huile, les hydrolats :

  • sont plus fragiles et se conservent moins bien dans le temps (leur durée d'utilisation est plus longue s'ils sont conservés au frais, à l'abri de l'air et de la lumière=>oxydation)

  • ont une odeur désagréable, aigre et acide, lorsqu'ils s'oxydent : c'est un bon test pour savoir si votre hydrolat est encore utilisable. Néanmoins à ne pas confondre avec les filaments blancs ou les dépôts qui peuvent apparaître dans votre hydrolat : cela n'altère en rien leur qualité, il suffit seulement de le filtrer.

  • développent plus facilement une flore microbienne si les conditions de mises en flacon et de conservation ne sont pas adéquates


Comment utiliser un hydrolat ?

hydrolats utilisation

Les modes d'utilisation des hydrolats sont variés et font appel à tous nos sens.


L'hydrolathérapie

Simples d'utilisation, les hydrolats font de très bon remèdes d'appoint pour tout un tas de petits tracas. Leurs propriétés sont décuplées lorsqu'on les mélange (synergie) entre eux et/ou à d'autres types de phytothérapie (aromathérapie, gemmothérapie, teintures-mères...). Il est possible de faire des cures de plusieurs mois pour un travail de terrain ou de les utiliser ponctuellement pour un apaisement du symptôme. Ils sont utilisables par voie orale, cutanée, en bains de bouche ou en lavements (oculaire, nasal, rectal ou vaginal).

  1. Par voie orale (1 cac dans un verre d'eau tiède 3x/jour) : en drainage (ex : genévrier commun, romarin à verbénone, carotte), pour booster le système immunitaire (ex : myrte, pin sylvestre, tea tree), pour rééquilibrer le système nerveux (ex : lavande vraie, millepertuis, marjolaine), pour les troubles hormonaux (ex : pin sylvestre, sauge officinale, achillée millefeuille) ou pour accompagner la grossesse et l'allaitement (ex : basilic, lavande vraie, petit grain bigaradier).

  2. Par voie cutanée : en lavage des plaies (ex : tea tree, sarriette, lavande vraie), sur des lésions cutanées type eczéma, psoriasis (ex : myrte, lavande vraie, camomille matricaire), en bains de pieds pour les pieds fatigués, gonflés (ex : cyprès, genévrier commun) ou bains de siège pour les hémorroïdes (ex : cyprès, achillée millefeuille).

  3. En bains de bouche : en cas d'infection buccale ou laryngée (ex : sarriette, thym thymol) ou d'aphtes (ex : laurier noble, ravintsara).

  4. En lavement oculaire : en cas d'inflammation (ex : rose, bleuet, myrte)

  5. En lavement nasal : en cas de rhinite ou sinusite à mettre dans le Lota ou faire un spray nasal (ex : myrte, pin sylvestre, tea tree)

> Et pour les enfants ?


Pour les tout petits, l'utilisation des hydrolats aromatiques sont une aide à ne pas négliger. Les doses seront moindres selon l'âge de l'enfant : par voie orale 1/2 cac/jour pour les nourrissons, 1 cac/jour pour les enfants de plus de 1 an. Parmi les problématiques les plus connues :

  • l'agitation, les colères : fleurs d'oranger, lavande ou camomille romaine dans le biberon et l'eau du bain (1 cas)

  • les gencives douloureuses : camomille romaine à vaporiser sur les gencives

  • les "crises de ventre" : camomille romaine et basilic dans le biberon

  • les érythèmes fessiers : rose, lavande et camomille matricaire à vaporiser sur les fesses

  • la fragilité immunitaire : thym linalol dans l'eau du bain (1 cas)

Il est important de rappeler que l'hydrolathérapie ne peut absolument pas se substituer à un traitement conventionnel sur des pathologies lourdes avérées ! Rien ne laisse à penser que l'on peut soigner un trouble grave qu'avec des hydrolats aromatiques.


Les hydrolats pour le bien-être

Les hydrolats aromatiques sont remarquables dans les préparations de cosmétiques maisons, mais aussi en utilisation simple en application cutanée, dans l'eau du bain ou en diffusion atmosphérique.

  1. Dans les cosmétiques maisons (crèmes, lotions, masques à l'argile, savons...) : pour les peaux irritées et sensibles (ex : lavande vraie, camomille matricaire, bois de santal), pour les peaux grasses (ex : eucalyptus globulus), pour les peaux matures (ex : rose de damas, carotte sauvage, nard), pour la couperose (ex : camomille matricaire, carotte sauvage, cyprès, hélichryse), pour l'acné (ex : bois de santal, cyprès, eucalyptus globulus, hélichryse), pour le feu du rasoir (ex : géranium, palmarosa).

  2. En application cutanée : en spray, en compresses selon les propriétés des hydrolats. Après un travail derrière l'ordinateur, vous pouvez vaporiser visage et yeux avec de l'hydrolat de géranium ou de rose.

  3. Dans l'eau du bain (4 à 5 cas pour une baignoire) chaud pour se relaxer (ex : fleur d'oranger, lavande vraie, ylang ylang, verveine) ou tiède pour se tonifier (ex : rose, romarin à verbénone, jasmin, bois de santal).

  4. En diffusion atmosphérique : quelques vaporisations dans une pièce pour détendre (ex : rose, lavande, petit grain bigaradier), pour éveiller la sensualité (ex : jasmin, ylang ylang), pour favoriser la concentration (ex : nard, géranium) ou en spray sur les vêtements pour repousser les insectes (ex : menthe poivrée, lavande=>marche très bien pour les poux ! ).


Les hydrolats en cuisine

Les hydrolats sont des alliés de taille pour une cuisine parfumée et originale ! Vous pouvez :

  • Les ajouter en dernier lieu à vos plats chauds afin de sauvegarder toutes leurs saveurs

  • Les ajouter à vos plats froids, vos sauces, vos boissons, vos desserts

  • Les vaporiser sur les plats juste avant de les servir

Quelques idées d'utilisations, à doser tout de même en petite quantité (1 à 2 bouchons max dans vos préparations) :

  • Pour les personnes (grands comme petits) qui n'aiment pas l'eau pure, en remplacement des sirops : 1 à 2 bouchons pour 1L

  • Dans les jus frais, les smoothies, les cocktails (avec ou sans alcool ! ), les sorbets maison, les desserts (chia, flan, crèmes, salades de fruits...) : verveine, lavande, fleurs d'oranger, citron, menthe, romarin, rose, cannelle, cassis, mélisse...

  • Dans les vinaigrettes et sauces salades, les hydrolats les allègent tout en les parfumant : romarin, sarriette, basilic, thym, citron...

  • Dans les plats en sauce : basilic, romarin, sarriette, thym, citron, laurier noble...

  • Dans les soupes : basilic, laurier, sarriette, cannelle, sauge...

Au grès des envies, expérimentez une nouvelle manière de cuisiner !



Si cet article vous a plu, je vous invite à laisser un commentaire !


Si vous souhaitez un accompagnement adapté et individualisé en naturopathie, vous pouvez me contacter !

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout